Wow What is this?

Meilleur Site De Rencontre Libertine Et Échangiste

Home Forums Japanese Food Meilleur Site De Rencontre Libertine Et Échangiste

  • This topic is empty.
Viewing 1 post (of 1 total)
  • Author
    Posts
  • #343341 Reply
    kamilunterner17
    Guest

    <br> Celui-ci était un jeune homme de vingt-huit ans, beau et frais ; instruit de l’endroit du trou, il se porta sans affection vis-à-vis et m’y fit placer à côté de lui. Ces monstrueux bouts de vit qui dépassaient au-delà de leur ventre et pendant ce temps-là les libertins maniaient à l’aise les trous de culs frais et délicieux de leurs petites jouissances. Pour la plupart de nos soirées, les couples et hommes seuls apportent une bouteille de champagne de qualité et une participation aux frais (PAF) qui varie selon la composition de la soirée. Une cravate de gaze à la crême voluptueusement nouée se mariait à un petit jabot de dentelle, et en les examinant ainsi tous les quatres on pouvait assurer qu’il ne pouvait sans doute rien se voir de plus charmant au monde. ’un ton de la plus naïve innocence je lui dis : „Et pourquoi donc me faites-vous boire, mon père, et ce que vous voulez que je pisse ?<br>
    <br> ’un excès nouveau ne lui fît pas toujours le plus grand effet dans quelque situation qu’on vint le lui proposer, et il n’en déchargea pas moins une seconde fois complètement aux vents moëlleux de Fanchon. ’un homme autrefois ami de la Guérin et qu’elle avait fourni longtemps, dont elle nous assura que toute la volupté consistait à manger des faux germes ou des fausses couches, on l’avertissait chaque fois qu’une fille se trouvait dans ce cas-là, il accourait et avalait l’embrion en se pâmant de volupté. Prévenue,” dit-elle, „de tout ce qui devait se passer chez le libertin, où on m’envoyait, je me vêtis en garçon et comme je n’avais que vingt ans, de beaux charmes et une jolie figure, ce vêtement m’allait à merveille ; j’ai la précaution de faire avant de partir, dans ma culotte ce que ms. le président vient de se faire faire dans la sienne ; mon homme m’attendait au lit, je m’approche, il me baise deux ou trois fois très lubriquement sur la bouche, il me dit que je suis le plus joli petit garçon qu’il ait encore vu, et tout en me louant, il cherche à déboutonner ma culotte, j’usai un peu de défense dans la seule intention de mieux enflammer ses désirs. Le père Louis avait un membre très ordinaire, plus long que gros, et en général d’une tournure très commune, je me souviens même qu’il bandait assez mal, et qu’il ne prit même pas de consistance qu’à l’instant de la crise, il ne me branla point le con, il se contenta de l’élargir le plus qu’il pût avec ses doigts pour que l’urine coulait mieux, il en approcha son vit très près deux ou trois fois, et sa décharge fut serrée, courte et sans autre propos égaré de sa part que : „Ah, foutre, pisse donc, mon enfant, pisse donc, la belle fontaine, pisse donc, pisse donc, ne vois-tu pas que je décharge,” et il entremêlait tout cela de baisers sur ma bouche qui n’avaient rien de trop libertin.” – „C’est cela, Duclos,” dit Durcet, „le président avait raison, je ne pouvais me rien figurer au premier récit, et je connais votre homme à présent.” – „Un moment,” dit l’évêque en voyant qu’elle allait reprendre, „j’ai pour mon compte un besoin un peu plus vif que celui de pisser, ça me tient depuis tantôt, et je sens qu’il faut que ça parte.” Et en même temps il attira à lui Narcisse, le feu sortait des yeux du prélat, son vit était collé contre son ventre, il écumait, c’était un foutre contenu qui voulait absolument s’échapper et qui ne le pouvait que par des moyens violents, il entraîne sa nièce et le petit garçon dans le cabinet, tout s’arrêta, une décharge était regardée comme quelque chose de trop important pour que tout ne se suspendît pas en ce moment où l’on y voulut précéder, et que tout ne concourrît pas à la faire faire délicieusement. „Un seul trait vous en fera juger, mgr.,” dit Duclos, „un fameux peintre, chargé de faire une Vénus aux belles fesses, la demanda l’année d’après pour modèle.” – „Ayant,” disait-il, „cherché chez toutes les maquerelles de Paris sans rien trouver qui la valut.” – „Mais enfin, puis qu’elle avait 15 ans, et voilà ici des filles de cet âge, compare-nous ses derrières,” continua le financier, „à quelqu’un des culs que tu as ici sous tes yeux.” Duclos jeta les yeux sur Zelmire et dit qu’il lui était impossible de rien trouver qui non seulement pour le cul, mais même pour la figure ressemble mieux de tous points à sa sœur.<br>
    <br> ” – „Absolument,” dit Duclos, „ces femmes-là, vous ne l’ignorez point mgr., ont dans cette partie un fumet infinement plus violent, et ce sens de l’odorat était sans doute celui, qui une fois picoté par de choses fortes, reveillait le mieux dans lui les organes de plaisir.” – „Soit,” reprit l’évêque, „mais il me semble, parbleu, que j’aurais mieux aimé sentir cette femme-là au cul, que de la flairer sous le bras.” – „Ah,” dit Curval, „l’un et l’autre a bien des attraits, et je vous assure, que si vous en aviez tenté, vous verriez que c’était très délicieux.” – „C’est-à-dire, ms. le président,” dit l’évêque, „que ce ragoût-là vous amuse aussi.” ? ’heure reparut, mais elle devait avoir affaire à un autre champion, celui, un homme d’environ 40 ans, la fit mettre nue et la lécha ensuite dans tous les orifices de son vieux cadavre, cul, con, bouche, narine, aisselle, oreille, rien ne fut oublié et à chaque sucée le vilain avalait ce qu’il recueillait, il ne s’en tint pas là, il la fit marcher de branches, de pâtisseries, qu’il avala dans sa bouche même sitôt qu’elle les eut broyées, il la fit garder dans sa bouche longtemps des gorges de vin dont elle se lava, dont elle se gargarisa et qu’il avala de même, et son vit pendant tout ce temps-là était dans une si prodigieuse érection que le foutre paraissait prêt à s’échapper sans qu’il eût besoin de le provoquer. Tant il est vrai, que l’hommage rendu à ce temple a toujours plus d’ardeur, que celui, qui brûle sur l’autre ; et il se retira après m’avoir promis de me revenir voir, puis que je satisfaisais si bien ses désirs ; il revint effectivement le lendemain, mais son inconstance lui fit préférer ma sœur, je fus les observer, et je vis qu’il employait absolument les mêmes procédés, et que ma sœur s’y prêtait avec la même complaisance.”91 „Avait-elle un beau cul, ta sœur,” dit Durcet. „Ah – quel spectacle,” disait-il de temps en temps, – „comme cette petite fille a un beau cul et comme ce bougre-là la baise bien ; enfin l’amant d’Henriette ayant déchargé, le mien me prit entre ses bras et après m’avoir baisée un moment, il me retourna, mania, baisa, lécha lubriquement mon derrière et m’inonda les fesses des preuves de sa virilité.” – „En se branlant lui-même,” dit le duc.<br>
    <br> „Ah c’est cela, c’est cela,” dit notre homme, en fixant avec ardeur le bras tout gluand sous son nez – „quel odeur ! „Le voici ma petite, comme cela, pendant qu’une de tes mains travaille là, qu’un doigt de l’autre s’introduise imperceptiblement dans cette fente délicieuse… ’en aperçus trois mois après cette dernière avanture aux sollicitations que me fit un de ces bons révérends, homme d’environs 60 ans, il n’y eut sorte de ruse qu’il n’inventa pour me déterminer à venir dans sa chambre, une réussit si bien, que je m’y trouvais un beau dimanche-matin sans savoir ni comment ni pourquoi. En voilà une comme il leur faut, – employez-la.” – La Guérin, se tournant vers moi, me demanda alors si j’étais déterminée à tout. 87) – Il s’en faut, elle nous jette dans un monde rempli d’écueils, et c’est à nous à nous en tirer comme nous pourrons. „J’ai connu cet homme-là,” dit Curval, „son existence et ses goûts sont les choses du monde les plus sûres.” „Soit, dit l’évêque, mais ce que je connais d’aussi certain que votre homme c’est que je ne l’imiterai pas.” „Et d’où vient dit Curval, je suis persuadé, que ça peut produire une décharge et si Constance veut me laisser faire, puisqu’on dit que la voilà grosse, je lui promets de faire arriver son fils avant le terme et de le croquer comme une sardine.” „O, l’on connaît votre horreur pour les femmes grosses,” répondit Constance, „on sait bien que vous ne vous êtes défait de la mère d’Adélaïde que pour ce qu’elle devint grosse une seconde fois, et si Julie m’en croit elle prendra garde à elle.” – „Il est bien certain,” dit le président, „que je n’aime pas la progéniture, et que, si la bête est pleine elle m’inspire un furieux dégoût, mais d’imaginer que j’ai tué ma femme pour cela, c’est ce qui pourrait vous tromper, apprenez garce, que vous êtes, que je n’ai pas besoin de motif pour tuer une femme, et surtout une vache comme vous que j’empêcherais bien de faire son veau si elle m’appartenait ! „Prends Julie,” dit Durcet, „tu en seras content, elle commence à branler comme un ange.” – „Oh foutre,” dit le duc, „elle me manquera, la garce, je la connais, il suffit que je sois son père, elle aura une peur affreuse.” – „Ma fois, je te conseille un garçon,” dit Curval, „prends Hercule, son poignet est souple.” – „Je ne veux que la Duclos,” dit le duc, „c’est la meilleure de toutes nos branleuses, permettez-lui de quitter un instant son poste et qu’elle vienne.” – Duclos s’avança toute fière d’une préférence aussi marquée, elle retroussa son bras jusqu’au coude, et empoignant l’énorme instrument de mgr., elle se met à le secouer, la tête toujours découverte, à le remuer avec tant d’art, à l’agiter par des secousses si rapides et en même temps si proportionnées à l’état dans lequel elle voyait son patient, qu’enfin la bombe éclate sur le trou-même qu’elle doit couvrir, il s’en inonde, le duc crie, tempête.<br>
    <br> On se leva à l’heure ordinaire, l’évêque entièrement remis de ses excès et qui dès quatre heures du matin s’était trouvé bien scandalisé de ce qu’on l’eût laissé coucher seul, avait sonné pour que Julie et le fouteur qui lui était destiné vinssent occuper leur poste ; ils arrivèrent à l’instant, et le libertin se replongea dans leurs bras au sein de nouvelles impuretés, quand le déjeuner fut fait suivant l’usage dans l’appartement des filles. Zelmire, qu’on appellait la sœur de Duclos fut extrêmement fêtée aux orgies et tout le monde voulut lui baiser le cul, l’évêque laissa du foutre, les 3 autres y rebandèrent, et on fut se coucher comme la veille, c’est à dire, chacun avec la femme qu’il avait eu sur le canapé, et quatre fouteurs qui n’avaient point paru depuis le dîner. Fanni, Sophie, Zelmire, Augustine, et ceux du cul d’Hébé, Michette, Giton, Rosette et Zéphire -, que Curval aura eu le pucelage du con de Michette, Hébé, Colombe, Rosette, ceux du cul de Zélamir, Zelmire, Sophie, Augustine et Adonis -, que Durcet, qui ne fout point, aura en un seul pucelage du cul, d’Hyacinthe qu’il épousera comme femme et que l’évêque qui ne fout qu’un cul aura eu les pucelages sodomites de Cupidon, de Colombe, de Narcisse, de Fanni et de Céladon. Curval prit le noir pour le devant, et le jaune pour le derrière de façon que Michette, Hébé, Colombe et Rosette portèrent toujour à l’avenir un nœud noir en devant, et Sophie, Zelmire, Augustine, Zélamire et Adonis en placèrent un jaune au chignon. Leurs cheveux négligement relevés de quelques boucles sur les côtés étaient absolument libres et flottants par derrière et simplement noués d’un ruban de la couleur préscrite, un poudre très parfumé et d’une tinte entre le gris et le rose colorait leur chevelure, leur sourcils très soignés et communéments peints en noir, joints à une légère teinte de rouge toujours dans leurs joues achevaient de relever l’éclat de leur beauté, leur tête était toujours nue, un bas de soie blanc à coins brodé de rose couvrait les jambes qu’un soulier gris attaché d’un gros nœud rose chaussait agréablement. Duclos narratrice du mois en déshabillé très léger et très élégant, beaucoup de rouge et de diamants s’était placée sur son estrade, commença ainsi l’histoire des événements de sa vie dans laquelle elle devait faire entrer le détail des 150 premières passions désignées sous le nom de passions simples. ” continua Duclos, „ne mériterait peut-être pas être sur ma liste s’il ne m’eut semblé digne de vous être cité par les circonstances selon moi assez singulières qu’il mêlait à ses plaisirs d’ailleurs assez simples et qui va vous faire voir à quel point le libertinage dégrade dans l’homme tous les sentiments de pudeur, de vertu et d’honnêteté. 7e année lorsqu’un jour que suivant ma coutume j’avais amené à Louis une de mes petites camarades, je trouvai chez lui un autre religieux de ses confrères, comme n’était jamais arrivé ; je fus surprise, et je voulus me retirer, mais Louis m’ayant rassuré, nous entrâmes hardiment, ma petite compagne et moi „tiens, père Geoffroi,” dit Louis à son ami, en me poussant vers lui, „ne t’ai-je pas dit qu’elle était gentille ?<br>
    <br> Curieuse de ce dévot tête-à-tête je vole au trou, et mes amants réunis après quelques caresses préliminaires toutes dirigées vers la bouche, je vois notre rhéteur poser délicatement sa chère compagne sur une chaise, s’asseoir vis-à-vis d’elle et lui remettant ses reliques entre les mains dans l’état le plus déplorable : „Agissez,” lui dit-il, „ma belle petite, agissez ; vous connaissez les moyens de me sortir de cet état de langueur, prenez-là vite, je vous conjure, car je me sens pressé de jouir ! Au bout d’un quart d’heure de pareils exercices il se coucha enfin sur un canapé, m’attira à lui, toujours mes fesses sur son nez, m’ordonna de le branler dans cette posture en continuant un exercice, dont il éprouva de si divins plaisirs, je pète, je branle, je secoue un vit mollet guère plus long ni plus gros que le doigt, à force de secousses et de pets l’instrument raidit à la fin, l’augmenta des plaisirs de notre homme l’instant de sa crise m’est annoncé par le redoublement d’iniquité de sa part, c’est la langue même qui maintenant provoque mes pets, c’est elle qu’il darde au fond de mon anus comme pour en provoquer les vents, c’est sur elle qu’il veut que je les pousse, il déraisonne, la tête n’y est plus, je m’en aperçois, et le petit vilain engin vient arroser tristement mes doigts de sept ou huit gouttes d’un sperme clair et bonnâtre, qui le mettent enfin à la raison ; mais comme la brutalité chez lui et fomentait l’égarement et le remplaçait bien vite, à peine me donna-t-il le temps de me rajuster, il grondait, il grummetait, il m’offrait en un mot l’image odieuse du vice, quand il a satisfait ses passions et cette inconséquente impolitesse, qui dès que le prestige est tombé cherche de se venger par des mépris du culte usurpé par les sens… Je le fis décharger dans une soucoupe de porcelaine et le plantant-là, dès qu’il avait répandu la dernière goutte, je passai précipitement dans l’autre chambre, mon homme m’y attend en extase, il se jette sur la soucoupe, avale le foutre tout chaud, le sien coule, d’une main j’excite son éjaculation, de l’autre je reçois précieusement ce qui tombe et à chaque jet, portant ma main fort vite, à la bouche du paillard, je lui fais le plus lestement et le plus adroitement, que je puisse avaler son foutre à mesure qu’il le répand – c’était le tout ; il ne me toucha, ni ne me baisa, il ne me troussa seulement pas, et se relevant de son fauteuil avec autant de flègme, qu’il venait de montrer de chaleur, il prit sa canne et se retira, en disant que je branlais fort bien, et que j’avais fort bien saisi son genre. ” lui dit-il, „satisfais-moi donc au moins encore une fois, avant que je ne te quitte,” et déboutonnant ses culottes, il se mit à cheval sur elle, qui ne s’y opposa point persuadée qu’en le laissant satisfaire ses passions elle s’en débarassait plutôt, et le paillard, la fixant sous lui de ses genoux, vint secouer un engin dur et assez gros, à quatre lignes de la superficie du visage de ma sœur : „Le beau visage,” s’écriait-il, „la jolie petite figure de putain, comme je vais l’inonder de foutre !<br>
    <br> Le vieux paillard, que l’on nommait père Henri, m’y renferma avec lui aussitôt qu’il me vit entrer, et m’embrassa de tout son cœur : „Ah, petite friponne,” s’écria-t-il au transport de sa joie, „je te tiens donc, tu ne m’échapperas pas le coup-ci.” Il faisait très froid, mon petit nez était plein de morve comme c’est assez l’usage des enfants, je voulus me moucher. Tout le temps que je l’avais fouillé, je n’avais cessé de l’exciter par de propos analogues : „Allons donc, petit coquin,” lui dis-je, „petit malpropre, pouvez vous manger de la merde, comme cela, ah, je vous apprendrai, petit drôle, à vous livrer à de telles infamies,” et c’était par ces procédés et par ces propos que le libertin arrivait au comble de ses plaisirs.” – Ici Curval, avant le souper voulut donner à la société le spectacle en réalité, dont Duclos ne venait donner que la peinture, il appella Fanchon, elle le fit chier, et le libertin dévore, pendant que cette vieille sorcière l’étrillait en tours de bras. On croise aussi quelques ajouts intéressants comme la fonction Nouvelles, qui s’apparente à un agenda libertin sur lequel sont référencés des soirées et des événements qui tournent autour du thème du sexe et du plaisir à plusieurs, partout en France. Un homme plus extraordinaire exigea de moi quelque temps après une particularité qui ne mérite pas d’être passée sous silence ; la Guérin m’avait fait ce jour-là manger presque par force aussi copieusement que j’avais vu quelques jours auparavant diner ma compagne, elle avait eu soin de me faire servir tout ce qu’elle savait que j’aimais le mieux dans le monde, et m’ayant prévenu en sortant de table de tout ce qu’il y avait affaire avec le vieux libertin, avec lequel elle allait m’unir, elle me fit avaler sur-le-champ trois grains d’émétique dans un verre d’eau chaude, le paillard arrive.<br>
    <br> Il rendait de pareils services à plus de 15 maquerelles, et quand on ne l’exerçait pas, il faisait des recherches pour son propre compte, corrompait tout ce qu’il trouvait et l’envoyait ensuite à ses achalandeuses, car ce qu’il y a de fort extraordinaire et ce qui fait, messieurs, que je vous cite l’histoire de ce personnage singulier : jamais il ne jouissait du fruit de ses travaux, il s’enfermait seul avec l’enfant, mais, de tous les ressorts que lui prêtait son esprit et son éloquence, sortait très enflammé, on était parfaitement sûr que l’opération irritait ses sens, mais il était impossible de savoir, ni où, ni comment il les satisfaisait, parfaitement examiné, on n’a jamais vu de lui qu’un feu prodigieux dans le regard à la fin de son discours, quelques mouvements de sa main sur le devant de sa culotte, qui annonçait une érection décidée produite par l’œuvre diabolique qu’il commettait, mais jamais autre chose. Guérin, il y a deux ans que je la fréquentai et elle n’a pas été depuis ce temps-là une semaine sans me faire faire une bonne partie, mais non pas des parties de 12 sous comme celles que nous faisons au couvent, il n’y en a pas une dont je n’ai rapporté 3 livres. La passion très voluptueuse de ce paillard était le spectacle qu’on voulait donner à mon examinateur et pour le mieux enflammer et qu’il rendit sa scène plus chaude et plus agréable à voir, on le prévint que la fille qu’on lui donnait était une novice et que c’était avec lui qu’elle faisait sa première partie, il s’en convainquit aisément à l’air de pudeur et d’enfance de la petite cabaretière, ainsi fut-il aussi chaud et aussi lubrique, qu’il était possible de l’être, dans ses exercices libidineux, qu’il était bien loin de croire observés ; quant à mon homme l’œil collé au trou, une main sur mes fesses, l’autre à son vit, qu’il agitait peu à peu, il semblait régler son extase sur celle qu’il surprenait.<br>
    <br> On se décida que celui qui remplirait cette fonction, s’asseyerait tranquillement au milieu du sérail dans un fauteuil et que chaque petite fille conduite et guidée par la Duclos, la meilleure branleuse que le château renfermât, viendrait s’essayer sur lui, que la Duclos dirigerait leurs mains, leur mouvement, qu’elle leur apprendrait le plus ou le moins de vitesse, qu’il fallait donner à leurs secousses, en raison de l’état du patient, qu’elle prescrirait leurs attitudes, leurs postures pendant l’opération et qu’on établirait des punitions réglées pour elle qui au bout de la première quinzaine ne réussirait point parfaitement dans cet art, sans avoir plus besoin de leçons ; il leur fut surtout très exactement recommandé d’après les principes du récollet, de tenir toujours le gland à découvert pendant l’opération et que la seconde main qui n’agissait pas s’occupât sans cesse pendant ce temps-là à chatouiller les environs suivant les différentes fantaisies de ceux à qui elles avaient affaire. J’avais été fouiner sur les forums, j’avais consulté des avis, lu des témoignages et les principes des différentes pratiques. ’histoire,” dit Duclos en se reprenant, du vieux commandeur des carrières, l’une des meilleures pratiques de la Guérin, il ne lui fallait que des femmes tarrées ou par le libertinage, ou par la nature, ou par la main de la justice. Ce n’était pas tout encore, il fallait une main adroite pour faire débonder le torrent, et le diriger juste à sa destination. Mais il ne se touchait point encore, rien ne paraissait, se sentait pourtant pressé apparemment il se disposa au dénouement de son opération : „couchez-vous tout à fait à terre,” me dit-il, en me jetant quelques carreaux, „là, oui, ainsi. Cependant les jeunes époux furent conduits en pompe après la messe au grand salon de compagnie, où la cérémonie devait se compléter avant l’heure de repas ; ils étaient tous deux du même âge, et l’on livra la jeune fille nue à son mari, en permettant à celui-ci d’en faire tout ce qu’il voudrait, – rien ne parle comme l’exemple, il était impossible d’en recevoir de plus mauvais, et de plus contagieux, le jeune homme saute donc comme un trait sur sa petite femme et comme il bandait fort dur, quoiqu’il ne déchargea point encore, il l’aurait inévitablement enfilé ; mais quelque légère qu’eût été la brèche, messieurs mettaient toute leur gloire à ce que rien n’altérait ces tendres femmes, qu’ils voulaient ensouillir seuls, moyen en quoi l’évêque, arrêtant l’enthousiasme du jeune homme, profita lui-même de l’érection, et se fit mettre dans le cul l’engin très joli et déjà très ferme dont Zélamir allait enfiler sa jeune moitié, – quelle différence pour ce jeune homme ! Les amis ne se soucièrent plus à aller se prêter chaque matin une heure aux leçons de la Duclos, fatigués des plaisirs de la nuit, craignant d’ailleurs que cette opération ne leur fît perdre leur foutre de trop bon matin, et jugeant de plus que cette cérémonie les blasait trop tôt sur des voluptés et sur des objets qu’ils avaient intérêt de se ménager ; qu’on substituerait chaque matin un des fouteurs, alternativement au lieu d’eux ; les visites se firent, il ne manquait plus qu’une des jeunes filles pour que toutes les 8 dussent passer à la correction, c’était la belle et intéressante Sophie accoutumée à respecter tous ses devoirs ; quelque ridicules que puissent lui paraître ceux-là, elle les respectait néanmoins, mais Durcet qui avait prévenu Louison sa gardienne sut si bien la faire tomber dans le panneau, qu’elle fut déclarée fautive et inscribée en conséquence sur le livre fatal.<br>
    <br> Le 29, Curval dépucelera Rosette ; et les arrangements ci-dessus ont été pris pour que Curval moins membré que le duc ait les plus jeunes pour sa part. Tout cela m’affecta et me fit prendre mon parti et comme je n’aurais plus occasion de vous parler de cette chère sœur, je vous dirai que quelques perquisitions que j’aie faites, quelques soins que je me sois donnés pour la découvrir, il m’a été parfaitement impossible de jamais savoir ce qu’elle était devenue. Tous deux étaient extraordinairement parés en habit de ville, mais en son contraire, c’est-à-dire, que le petit garçon était en fille, et la fille en garçon, nous sommes malheureusement obligés par l’ordre que nous nous sommes préscrits pour les matières de retarder encore quelque temps le plaisir qu’aurait sans doute le lecteur à apprendre les détails de cette cérémonie religieuse, mais un moment viendra sans doute où nous pourrons la lui dévoiler.<br>
    <br> Cette cérémonie faite on exécuta. Là nos premiers raisonnements tombèrent sur le sort de notre mère, nous ne doutâmes pas du moment qu’elle ne fut au couvent décidée à vivre secrètement chez quelque père, on ne s’en fera entretenir dans quelque coin des environs, et nous nous en tenions sans trop de souci à cette opinion, lorsqu’un frère du couvent vint nous apporter un billet qui fit changer nos conjectures, ce billet disait en substance que ce qu’on avait de mieux à nous conseiller était de venir aussitôt qu’il ferait nuit au couvent, chez le père Gardien même qui écrivait le billet, qu’il nous attendrait dans l’église jusqu’à dix heures du soir et qu’il nous mènerait dans l’endroit où était notre mère dont il nous ferait partager avec plaisir le bonheur actuel et la tranquillité, il nous exhortait vivement à n’y pas manquer, et surtout à cacher nos démarches avec le plus grand soin, parce qu’il était essentiel, que notre beau-père ne sût rien de tout ce qu’on faisait et pour la mère et pour nous ; ma sœur qui pour lors avait atteint sa quinzième année, et qui par conséquence avait et plus d’esprit et plus de raison que moi, qui n’en avais que neuf, après avoir congédié le porteur du billet et répondu qu’elle ferait sa réflexion là-dessus, ne put s’empêcher de s’étonner de toutes ces manœuvres. 101. Un bougre avec les deux sexes fait venir le frère et la sœur, il dit au frère qu’il va le faire mourir dans un supplice affreux dont il lui fait voir les apprêts, que cependant il lui sauvera la vie, s’il veut d’abord foutre sa sœur et l’étrangler ensuite devant lui, le jeune homme accepte et pendant qu’il fout sa sœur, le libertin encule tantôt le garçon tantôt la fille. Il saisit ce dernier et le culbutant sur un sopha, il lui plaça en jurant son membre énorme entre les cuisses par derrière, et comme cet énorme outil dépassait de plus de 6 pouces de l’autre côté, il ordonna le jeune garçon de branler fortement ce qui sortait, et ce mit lui-même à branler l’enfant au-dessus du morceau de chair dont il le tenait embroché, pendant ce temps-là il présentait à l’assemblée un cul aussi sale que large dont l’orifice impure vint à tenter le duc, voyant le cul à sa porte, il y braqua son nerveux instrument en continuant de sucer la bouche de Zéphire, opération qu’il avait entreprise, avant que ne lui prit l’idée qu’il exécutait. Vendredi 5 sfr me contacter février 2021 à 14h08. Le trio masculin a été localisé et interpellé un peu plus tard dans la rue, à colombier-saugnieu.<br>
    Check out featured paerie jeux coquins entre jeunes couples porn videos on xHamster.<br> Il est ouvert le mercredi de 13h à 2h, le jeudi de 13h à 3h, le vendredi de 13h à 3h et le samedi de 14h à 5h pour les bis et hétéros. Le mercredi et le dimanche, les femmes seules ont un accès pour 38€ seulement si elles sont parrainées par un couple. Guérin, l’une de ses meilleures années, qu’il avait sur son catalogue plus de 10 mille jeunes filles séduites et jetées par lui dans le libertinage. Check out featured paerie jeux coquins entre jeunes couples porn videos on xHamster. Ce sont des sites pour adultes, où vous trouverez des annonces libertines ou des annonces coquines de couples comme vous, tentés par l’échangisme ou d’autres formes de libertinage à Marseille. ’œuvre à la fois ; le nouveau libertin n’avait point d’autre plaisir que d’observer par un trou toutes les voluptés un peu singulières qui se passaient dans une chambre voisine, il aimait à les surprendre et trouvait aussi, dans les plaisirs des autres, un aliment divin à sa lubricité, on le place dans la chambre dont je vous ai parlé et dans laquelle j’allais si souvent ainsi que mes compagnes espionner, pour me divertir des passions des libertins. A noter que sur le site, il vous est depuis assez peu de temps permis de construire votre propre blog libertin en toute liberté ainsi que de profiter de la version mobile du site NousLibertins, qui vous permet de retrouver vos amis partout, où que vous soyez. ” et en même temps je me sentis toute couverte d’une rosée blanche qui me tâcha toute et dont quelques gouttes avaient sauté jusque dans mes yeux, parce que ma petite tête se trouvait à la hauteur juste des boutons de sa culotte, cependant Laurent gesticulait : „Ah, le beau foutre ! 2. Celui-ci s’appellait le père Louis, il était plus vieux que Laurent et avait dans le maintien je ne sais quoi de bien plus libertin, il me raccrocha à la porte de l’église comme j’y entrais et m’engagea à monter dans sa chambre. Ce que Duclos venait de raconter était exécuté par un homme qui ne bandait pas et la décharge de son vit flacque pouvait se diriger où il voulait, ce n’était plus de même ici ; la tête menaçante de l’engin du duc ne voulait pas se détourner du ciel qu’elle avait l’air de menacer, il aurait fallu pour ainsi dire, placer l’enfant au-dessus, on ne savait comment s’y prendre, et cependant, plus se trouvaient d’obstacles, plus le duc irrité sacrait et blasphémait.<br>
    <br> On la trouve ; au-dessus de deux petites cuisses plus blanches que l’albâtre, elle fait voir une petite motte rebondie, couverte d’un léger duvet qui commençait à peine naître, on la place, obligée de se prêter, elle obéit machinalement, mais le duc a beau faire, rien ne vient, il se relève furieux au bout d’un quart d’heure et se jetant dans son cabinet avec Hercule et Narcisse, – „ah foutre,” dit-il, „je vois bien, que ce n’est point là le gibier qu’il me faut,” dit-il en parlant des deux filles, „et que je ne réussirai qu’avec celui-là.” On ignore quels furent les excès, où il se livra, mais au bout d’un instant on entendit des cris et des hurlements qui prouvaient que sa victoire était remportée et que des garçons étaient pour une décharge des véhicules toujours bien plus sûrs que les plus adorables filles. Celui-ci avait tout au plus 60 ans, c’était un payeur de rentes, homme très à son aise et qui aimait mieux dépenser son argent avec des salopes de rebut comme celle-là qu’avec de jolies filles et cela par cette singularité de goût, que vous comprenez, dites-vous, messieurs, et que vous expliquez si bien. D’une propreté irréprochable, le lieu est plein de surprises, comme ces machines, les sex-machine, que le taulier crée pour donner encore plus de plaisir à ses clients. A chacun ses limites, votre bassin est peut-être plus étroit, n’oubliez pas que ce qui compte en définitive, c’est le plaisir que vous prenez ensemble, la performance physique est secondaire. Le père Adrien, son meilleur ami, n’y est plus depuis trois ans, à-peu-près depuis cette époque elle n’y va plus qu’en passant, et n’y a plus aucune intrigue réglée, – par quel hazard aurait-elle choisie cette retraite ? Douée d’un autre cœur que celui de ces scélérats, leur conversation rappellait à son esprit le souvenir chéri de celle qui lui avait donné le jour, périssant pour la défendre lorsqu’elle fut enlevée et ce n’était pas sans des flots de larmes que cette idée cruelle s’offrait à sa tendre imagination.<br>
    <br> ’enfance, à faire mépriser la vertu et à parer le vice des plus belles couleurs ; rien n’y était négligé : tableaux séduisants, promesses flatteurs, exemples délicieux, tout était mis en œuvre, tout était adroitement ménagé, tout artistement proportionné à l’âge, à l’espèce d’esprit de l’enfant, et jamais il ne manquait son coup, en deux seules heures de conversation il était sûr de faire une putain de la petite fille la plus sage et la plus raisonnable et depuis trente ans, qu’il exerçait ce métier-là dans Paris, il avait avoué à md. Le voisin l’enfila, et l’opération faite, on se réunit à boire comme si de rien n’était, le duc imita bientôt avec Bande-au-ciel la petite infamie de son ancien ami, et il paria quoique le vit fût énorme, avaler trois bouteilles de vin de sens froid, pendant qu’on l’enculerait – quelle habitude – quel calme, quel sens froid dans le libertinage, il gagna sa gageure et comme il ne les buvait pas à jeûne, que ces trois bouteilles tombaient sur plus de 15 autres, il se releva de là un peu étourdi, le premier objet qui se présente à lui fut sa femme pleurant du mauvais traitement d’Hercule, et cette voix l’anime à tel point qu’il se porta sur-le-champ à des excès avec elle, qu’il nous est encore impossible de dire. Le duc qui depuis deux ou trois jours s’amourachait de la Duclos, dont il trouvait le cul superbe, et le propos plaisant, exigea, qu’elle coucha aussi dans sa chambre, et cet exemple ayant réussi, Curval, admit de même dans sa chambre la vieille Fanchon, dont il raffolait, les deux autres attendirent encore quelque temps pour remplir cette quatrième place de faveur dans leurs appartements pendant la nuit, on régla dans la même matinée que les 4 jeunes amants que l’on venait de choisir auraient pour vêtements ordinaires toutes les fois qu’ils ne seraient pas obligés à leurs costumes de caractère, comme dans les quadrilles, auraient, dis-je, l’habit et l’ajustement, que je vais décrire : c’était une espèce de petit surtout étroit, leste, dégagé comme un uniforme prussien, mais infiniment plus court, et n’allant guère qu’au milieu des cuisses, ce petit surtout agrafé à la poitrine et aux basques commes tous les uniformes, devait être de satin rose doublé de taffetas blanc. Enfin on passa dans le salon, où de nouveaux plaisirs et de nouvelles voluptés attendaient nos champions ; là le café et les liqueurs leur furent présentés par un quadrille charmant, il était composé de 2 beaux jeunes garçons, d’Adonis et d’Hyacinthe, et en filles de Zelmire et Fanni.<br>
    Couple : à partir de 68€Pass 3 mois : 24 €Paris, France – Gay Escorts, Male Massage, Rent Boy, RentMen, Porn Star Escorts |Un couple bi ou hétéro pour faire de l’échangisme<br> Les visites se firent, personne n’était en faute ; à une heure les amis se transportèrent à la chapelle où l’on sait qu’était établi le cabinet des garderobes, les besoins que l’on prévoyait avoir le soir, ayant fait refusé beaucoup de permissions, il ne parut que Constance, la Duclos, Augustine, Sophie, Zélamir, Cupidon et Louison, tout le reste avait demandé et on leur avait enjoint de se réserver pour le soir, nos quatre amis postés autour du même siège, construit à ce dessein, firent placer sur ce siège ces sept sujets, l’un après l’autre, et se retirèrent après s’être rassasiés du spectacle, ils descendèrent au salon, ou pendant que les femmes dînaient ils jasèrent entre eux jusqu’au moment où on les servit. Mais la petite personne aussi sage que pieuse résistait à toutes ses séductions, lorsque la Guérin, après s’être servie d’un moyen très adroit pour l’attirer un jour chez elle, la mit aussitôt entre les mains d’un personnage singulier, dont je vais vous décrire la manie. Durcet la suça par devant, Curval par derrière, et tandis que des objets de la plus grande beauté et de la plus extrême fraîcheur sont sous leurs yeux, prêts à satisfaire leur plus légers désirs, c’est avec ce, que la nature et le crime ont deshonoré, ont flétri, c’est ainsi l’objet le plus sale et le plus dégoûtant que nos deux paillards en extase vont goûter les plus délicieux plaisirs, – et qu’on explique l’homme après cela, tous deux semblent se disputer ce cadavre anticipé (tels que deux dogues acharnées sur un charogne) après s’être livrés aux plus sales excès dégorgent à la fin leur foutre et malgré l’épuisement, où ce plaisir les met, peut-être en eussent-ils à l’instant repris de nouveau, quoique dans le même genre de crapule et d’infamie, si l’heure du soupé ne fut pas les avertir de s’occuper d’autres plaisirs.<br>

Viewing 1 post (of 1 total)
Reply To: Meilleur Site De Rencontre Libertine Et Échangiste
Your information:




Find from popular articles